Search
jeudi 2 décembre 2021
  • :
  • :

Lutte contre les cancers infantiles : croisade pour une prise en charge précoce

Ils sont 94 professionnels de santé de la région sanitaire du centre, médecins et infirmiers, à suivre une formation sur le dépistage précoce des cancers de l’enfant. Débutée le 21 octobre 2021 sur le site de l’hôpital sainte Camille, la formation se compose de trois sessions de deux jours chacune (21 et 22 oct./25 et 26 oct/ 28 et 29 oct), soit une moyenne de trente participants par groupe. Cette session de renforcement des capacités est organisée par des pédiatres de la SOBUPED, (société burkinabè de pédiatrie) soutenus par leur partenaire le BMS. La présidente de la SOBUPED, le Pr Diarra Yé, a encouragé les organisateurs de cette formation, surtout le Dr Chantal Bouda, pour leur détermination à disséminer les bonnes pratiques de prise en charge des cancers. La présidente de la SOBUPED a également encouragé les participants. Elle dit être convaincue que la diversité et la qualité des participants dans « cette salle constituent une preuve éloquente, que c’est dans la synergie d’expériences, que nous ferons reculer les frontières des pathologies cancéreuses notamment celles de l’enfant. » Le tableau clinique n’est pas reluisant. On estime entre 800 et 1200 le nombre d’enfants qui sont atteints de cancers chaque année au Burkina Faso. Mais ce chiffre ne traduit pas toute la réalité, dans la mesure où seulement 15% d’enfants atteints de cancers sont reçus dans les formations sanitaires et le plus souvent à stade tardif. La note positive que l’on peut retenir est que 80% des cancers infantiles peuvent être guéris si le diagnostic est posé suffisamment tôt et qu’il est suivi d’une prise en charge rapide et adaptée. « C’est en cela que la présente formation est capitale pour permettre la prise en charge rapide des cas qui viendraient à être détectés » souligne le Pr Yé. La directrice de la Prevention et de contrôle des maladies non transmissibles, le Dr Emmanuelle Zouré, représentant le Ministre de la santé, constate qu’il y a une certaine méconnaissance des cancers en général et en particulier des cancers infantiles par les populations. Or il existe des traitements efficaces quand le mal est dépisté à temps Elle a indiqué que les lignes bougent en ce qui concerne la lutte contre les cancers au Burkina Faso, en témoigne le nombre de plus en plus important de spécialistes formés, ainsi que la disponibilité de nouveaux plateaux techniques avec l’érection des centres de cancérologie. À noter que la présente formation vient après celle du même genre tenue à Bobo courant juillet 2021




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *