Search
jeudi 2 décembre 2021
  • :
  • :

Congrès des hépato-gastro-entérologues: « Ulcères…ne prenez pas les anti-inflammatoires à jeun», dixit le Pr Apollinaire Sawadogo

« Maladie ulcéreuse gastroduodénale et Helicobacter Pylori ». C’est sur ce thème central qu’échangeront les spécialistes d’hépato-gastro-entérologie et d’endoscopie digestive au cours de leur congrès qui se tient les 2 et 3 décembre 2021 sur le site du centre hospitalier universitaire de Tengandogo (CHU T)

Cette rencontre du donner et du recevoir, en plus d’être une opportunité de formation continue, permet aux professionnels et experts du domaine d’accorder leurs violons afin de renforcer la sensibilisation et les moyens de prévention des maladies du tube digestif.  

A quelques jours de ce congrès, nous vous proposons une interview portant entre autres sur les ulcères, les hépatites virales, la Covid19 et les maladies digestives. Notre spécialiste est le Pr Apollinaire Sawadogo, hépato-gastro-entérologue au CHU Souro Sanou, par ailleurs président de la société des hépato-gastro-entérologues du Burkina Faso. Il commence par situer l’importance de ces rencontres scientifiques. 

 

La Société Burkinabè d’Hépato-gastroentérologie et d’Endoscopie Digestive (SOBUHGEED) est heureuse d’organiser son deuxième congrès en présentiel. La nouveauté cette fois ci est que notre congrès se tient conjointement avec les 22èmes journées de Gastroentérologie et d’endoscopie digestive d’Afrique Francophone qui, elles, seront en mode virtuel.

La SOBUHGEED depuis sa création s’est donnée pour mission de faire la promotion de sa discipline à savoir l’Hépato-gastroentérologie, et de favoriser le développement de la recherche et des bonnes pratiques en Hépato-gastroentérologie.

L’intérêt d’organiser conjointement ces deux congrès est d’offrir aux professionnels de la santé du Burkina, de la sous-région, de l’Afrique du Nord et de l’Europe un cadre de partage, d’échanges d’expériences et d’actualisation des connaissances dans la prise en charge des maladies digestives.

 

La maladie ulcéreuse gastroduodénale est le thème central de vos réflexions. Pourquoi précisément ce thème ?

Nous avons choisi ce thème premièrement parce que la maladie ulcéreuse gastro-duodénale (simple ou compliquée) est le troisième motif d’hospitalisation dans nos services après les cancers du foie et la cirrhose. Deuxièmement parce en Afrique et particulièrement au Burkina Faso elle peut être  considérée comme une maladie infectieuse car causée fréquemment dans 90% des cas par une bactérie Hélicobacter pylori dont la transmission orofécale est favorisée par les mauvaises conditions d’hygiène et que cette infection peut être prévenue et traitée.

 

Les ulcères. Quelles en sont les manifestations ? et les facteurs qui peuvent exposer à ce mal ?

* La maladie ulcéreuse gastro-duodénale dans sa forme typique se manifeste habituellement par une douleur épigastrique à type de crampes ou de faim douloureuse ou de brûlures. Elle est d’intensité modérée mais réveillant le patient la nuit. Cette douleur est rythmée par les repas. Elle survient en période post prandiale c’est-à-dire après les repas avec un intervalle libre pouvant aller de 1 à 3heures après les repas. Elle est calmée par les repas et la prise d’anti-acides. La douleur n’irradie pas ou se fait en hémi ceinture ou en arrière dans le dos. Elle est de durée brève et est déclenchée par la faim ou la prise d’anti-inflammatoire. La douleur est périodique. Chaque période dure 3 à 6 semaines. La douleur est quotidienne dans la période sans un seul jour de manque.

*La maladie ulcéreuse gastro-duodénale peut être atypique de par le siège de la douleur (sous costal droit ou gauche ou strictement postérieur) de par l’intensité de la douleur hyperalgique pseudochirurgicale ou fruste) et peut n’être pas rythmée par l’alimentation.

* La maladie ulcéreuse gastro-duodénale peut enfin être révélée par des complications comme des hémorragies digestives hautes ou basses, ou des vomissements évoquant une sténose ou des douleurs abdominales hyperalgiques avec des contractures abdominales évoquant une péritonite par perforation et enfin la hantise le cancer de l’estomac.

*Le diagnostic de la maladie ulcéreuse gastro-duodénale suspecté par les signes cliniques n’est confirmé que par la fibroscopie oeso-gastroduodénale qui va permettre de voir l’ulcère sous forme de perte de substance de forme ronde, ovalaire etc siégeant sur le duodénum ou l’estomac. En cas de siège gastrique l’endoscopiste doit faire plusieurs biopsies c’est-à-dire des prélèvements pour des analyses anatomopathologiques afin d’éliminer un cancer.

 

Quels conseils pouvez-vous donner pour prévenir les ulcères ?

Les conseils pour éviter d’avoir les ulcères peuvent être :

-avoir une bonne hygiène bucco-dentaire et alimentaire

-se laver les mains avant et après avoir mangé avant et après être allé aux toilettes

-éviter de prendre les anti-inflammatoires et l’aspirine à jeun

-en cas de traitement au long court par des anti-inflammatoires prescrits par un médecin protèger l’estomac en adjoignant un anti-sécrétoire ou un pansement gastrique

-toujours consulter et éviter l’automédication

 

Également au menu de vos échanges, les hépatites virales et les cancers du foie.  Quelles sont les causes de ces maladies ? Peut-on les prévenir ?

Les hépatites virales sont des infections du foie causées par les virus alphabétiques A,B,C,D,E. Seules les hépatites causées par les virus B,C et D peuvent évoluer vers la chronicité et se compliquer de cirrhose et de cancer du foie. Et ce sont les hépatites virales B et C les plus fréquentes.

Oui ces maladies virales peuvent être prévenues par :

– Une Vaccination antivirale B systématique dès la naissance

– un dépistage à grande échelle avec vaccination des sujets naïfs de toute infection par le virus B

– une sécurisation des dons de sang  et des poches de sang par la recherche systématique de l’AgHBs, AcHBc, AcHVC.

-Lutter contre les comportements à risque (VHB et VHC) notamment l’usage de drogues intraveineuse, l’alcoolisme, le multi partenariat etc

-Offrir un pack de suivi et de traitement aux sujets infectés afin de dépister tôt le cancer à un stade curatif.

-Offrir un pack de dépistage, de suivi et de traitement préventif pour toutes les femmes enceintes et leurs futurs bébés.

Peut-il avoir un lien entre covid19 et les maladies digestives ?

Oui parce que premièrement dans un tiers des cas la maladie à Covid-19 se manifeste par des troubles digestifs divers (diarrhée, vomissements douleurs abdominales etc)

Deuxièmement des hypothèses ont été émises comme celle qui évoque la possibilité de formes graves de maladie à Covid-19 chez les patients ayant présenté des troubles digestifs

Troisièmement au niveau intestinal il existe des récepteurs qui servent de porte d’entrée au Virus de la maladie à Covid-19.

Quatrièmement au cours de la maladie à Covid-19 de nombreux médicaments sont utilisés avec un premier passage hépatique exposant au risque d’hépatite médicamenteuse

Enfin les médecins hépato-gastro-entérologues qui pratiquent l’endoscopie sont exposés au risque de la maladie à Covid-19 lorsque l’endoscopie est faite chez un patient malade de Covid-19

 

Vous participez à la formation des spécialistes. Vous êtes au nombre de combien aujourd’hui dans votre domaine au Burkina Faso ? Et quels sont les défis d’une bonne prise en charge des maladies du tube digestif au Burkina Faso ?

Le Burkina Faso compte 55 médecins Hépato-gastroentérologues, répartis dans presque toutes les directions régionales de santé du pays. L’on compte également une vingtaine de jeunes médecins burkinabé en spécialisation en Hépato-gastroentérologie.

Les défis d’une bonne prise en charge des maladies du tube digestif sont les suivants :

-disposer de médecins qui mettent d’abord l’abord clinique des patients au premier plan

-disposer d’un plateau technique adéquat pour :

*le diagnostic tels des explorations de biologie moléculaire, des moyens non invasifs de diagnostic de la fibrose (tests sanguins et élastographie impulsionnelle ou Fibroscan) des techniques d’imagerie moderne (IRM, Scanner, échographie doppler etc) de la vidéo-endoscopie, de l’écho-endoscopie et des médecins anatomopathologistes

*pour le traitement tels l’endoscopie interventionnelle (ligature de varice, polypectomie, extraction de calculs biliaires etc) l’alcoolisation et la radiofréquence pour les cancers du foie

*des molécules pour traiter les cancers digestifs, les maladies inflammatoires chroniques ainsi que les maladies auto-immunes à manifestation digestive.

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *